Eugène Leroy

1995 / Super 16 / 27' / France / Couleur

L’enthousiasme peut-il prendre des rides ? C’est sans doute à cette question que répond Christophe Loizillon en filmant Eugène Leroy alors âgé de 85 ans. Dans sa maison du nord de la France, baignée d’une lumière chaude et ocre, le vieil homme livre ses réflexions sur son œuvre et sur les maîtres qui l’ont suivi toute sa vie, Rembrandt et Rubens. Il parle avec force et passion de son travail régénéré depuis que sa jeune compagne Marina est partie prenante de son inspiration. Le film articule des regards croisés : celui du réalisateur, celui de Marina sur l’homme de sa vie qu’elle film en super 8 et celui du peintre sur son modèle. Le cinéaste travaille sa lumière à la manière d’un peintre flamand, épousant au plus près l’univers pictural de l’artiste qui, avec une longue maturation, procède par couches de matières colorées d’où la figure émerge en creux, en lumière. Dans ce portrait intime, il insufle une beauté, la chaleur et la passion du peintre.

Production : Agat Films et Cie, France 3 et C.R.R.A.V

  • Christophe Loizillon

  • Christophe Loizillon

  • Marina Bourdoncle, Patrick Estienne

  • Francis Richard

  • Alain Caron

Date de diffusion :